Supervision


La supervision, pourquoi ?

Ce n’est pas par hasard que la supervision est une engagement déontologique majeur des associations de psychothérapeutes.
Il s’agit d’offrir au supervisé une capacité d’écoute aussi empathique que possible, en évitant que l’univers mental et affectif du thérapeute soit encombré, voire pollué, par des difficultés ou simplement des considérations personnelles.
Si le l’objectif final est l’équilibre du client du supervisé, le supervisé pourra lui-même en ressentir en un bienfait immédiat : se sentir compris, en tant que thérapeute, par un autre professionnel, permet de se sentir plus léger, de repousser ses limites, ou tout simplement approfondir sa connaissance de soi-même …

La supervision, pour qui ?

La supervision s’adresse aux psychothérapeutes et psychologues, aux psychiatres, aux assistants sociaux, à tous les accompagnants et personnes impliqués dans la relation d’aide, qu’ils soient professionnels ou bénévoles.
La supervision n’existe et n’a de sens que pour ceux qui considèrent que la personne humaine qu’ils sont constitue le fondement de leur activité de thérapeute, je serais tenté de dire : leur outil de travail. Elle s’adresse à ceux qui savent reconnaître en eux, en tant que thérapeutes, des peurs, des difficultés, des malaises et qui ont confiance qu’ils les surmonteront.

La supervision, c’est quoi ?

Étymologiquement, superviser c’est regarder d’en haut.
Dans le cas qui nous intéresse, ce n’est pas le superviseur qui regarde d’en haut, ce sont le superviseur et le supervisé qui, ensemble, vont prendre de la distance avec les situations vécues pour se recentrer sur la personne du thérapeute. Sans jamais oublier le client.
Et plus on regarde haut, plus on voit profond …
L’expérience du superviseur ne constitue pas un ensemble de modèles dans lequel le supervisé viendrait puiser des solutions ; c’est un socle qui élargit et consolide le socle personnel du thérapeute.

S’ouvrir, s’ouvrir, s’ouvrir …
Ne plus être seul
Accroître sa capacité thérapeutique
Renforcer sa confiance personnelle