Le vécu d’un être humain


photo_portelance

 

 

Colette Portelance

 

 

 

 

Le vécu d’un être humain est à mon avis, la chose la plus respectable qui soit. Personne au monde ne peut discuter, expliquer, analyser ou juger le vécu des autres. Il est la partie de l’être la plus vraie et la plus personnelle. Ridiculiser, rejeter ou nier le vécu émotif et affectif d’un être humain, c’est le détruire et tuer en lui la source d’expression, de créativité, de vie.Ce qu’un homme vit est absolument incontestable, indéniable, irréfutable. Le vécu, c’est un pôle sacré de l’être, le cœur de son temple intérieur ; et rejeter ou contrôler l’emotion d’un être humain vient à lui enlever le droit d’être et de manifester non seulement sa différence mais sa vraie nature d’homme  Combien d’individus sont dépourvus d’énergie vitale parce que leur vécu n’a jamais été entendu et reconnu. Vivre, c’est sentir dans son cœur et dans son corps la joie, le plaisir, la satisfaction, la fierté, le bonheur et aussi la tristesse, la peine, l’agressivité, la colère, la jalousie, la douleur. Vivre, c’est se donner le droit d’écouter et d’exprimer, de façon responsable, les émotions et les sentiments qui nous habitent.

(…)

L’approche non-directive créative, comme l’approche rogérienne, n’a pas pour but premier d’aider l’individu à résoudre ses problèmes mais plutôt de l’aider à les affronter avec plus de pouvoir, plus de force intérieure et plus de confiance en sa capacité de les régler.