Témoignages


Témoignages de participants

Par ordre alphabétique de prénom

Agnès, de région parisienne (texte intégral)
J’étais venue par curiosité et aussi parce qu’après un divorce, je me trouvais à un croisement de la vie qui méritait qu’on s’y arrête et qu’on y consacre un peu de réflexion hors du temps qui court.
En arrivant, des questions, des doutes, des inquiétudes aussi, mais très vite je comprends que chacun des participants a sa quête personnelle, ses propres « valises » et que personne ne se posera en juge, surtout pas Laurent.
Première matinée, c’est le choc. Des choses, probablement là depuis longtemps sous la surface, me jaillissent en pleine figure comme une évidence. Une prise de conscience révélée en regardant et en écoutant le jeu et les retours des autres : je venais de comprendre pourquoi j’avais accepté que d’autres prennent des décisions à ma place, pourquoi j’avais accepté de quitter ma route et de me perdre. Lourde de cette vérité, j’ai peu participé, mais beaucoup regardé et écouté, beaucoup parlé aussi. En sortant, d’autres questions, radicalement différentes de celles qui me préoccupaient en arrivant, plus essentielles sans doute. Plus tard, l’épuisement du dimanche soir passé, une formidable énergie en toute sérénité (une fois n’est pas coutume !). Même si comprendre ne me donne pas forcement toutes les clés pour construire l’avenir, cela me permet de l’envisager avec plus de confiance, à un moment où je reprends mon chemin.
Bon voilà, j’espère que ça fait pas trop mélo, mais après tout je m’en fous, c’est vraiment ce que j’ai ressenti. Je te remercie de m’avoir permis cette expérience, ça a été important pour moi. Il va bien me falloir quelques mois pour digérer pleinement tout ça !

Aline, de Toulouse (extraits)
Cet atelier a été très troublant pour moi , premièrement parce je ne savais pas d’où il fallait aborder les choses et les gens bien sûr. Il a aussi été très troublant parce que j’ai pris conscience, en en partant, que toutes mes tentatives sur scène se soldaient par « Je suis une victime » et que je ne suis absolument pas allée dans ce qui est ma force. Et c’est quand même une sacrée prise de conscience, un beau domaine à explorer …
Le coté nébuleux m’est un peu difficile, mais la qualité d’écoute de toi et des participants était très touchante.

Bénédicte (texte quasi-intégral)
Je pense que ton atelier est un formidable outil pour s’interroger sur sa propre liberté (vis-à-vis de soi et des autres) et que, en ce sens, cette interrogation est nécessaire et m’intéresse particulièrement – mais malheureusement assez rarement possible …
Je n’ai pas personnellement exploité vraiment cette possibilité car j’ai mis du temps à comprendre le sens de l’atelier (j’y suis venue en me souvenant uniquement du mot théâtre), et puis, n’étant pas habituée à cette liberté, j’ai eu du mal à exploiter les potentialités de cet atelier.
[…] J’ai aussi été gênée par de vieux réflexes d’atelier « improvisation théâtrale » et j’avais tendance à confondre ces deux ateliers… c’est-à-dire à vouloir construire avec les autres une histoire qui ait un sens ou qui soit marrante et à penser « plaisir du spectateur », mise en scène…
Cet atelier m’a plu : j’ai pu voir comment parfois ma manière d’être avec les autres leur était incompréhensible et que je dégageais un sens qui pouvait être le contraire de ce que je voulais dire … y compris , bien sûr, au boulot.
J’aurais souhaité, pour commencer, un peu plus de directivité […] de ta part et un espace pour réfléchir entre nous à ce qu’on voulait faire de ces consignes, de cette liberté, se présenter, etc., même si j’ai bien compris ton désir de ne pas influencer et de nous laisser une « vraie » liberté !…

Catherine, de Lausanne (extraits)
Ce que je suis a été conforté dans ce que je sais depuis longtemps (en positif et en négatif !). *** m’a remis sous le nez l’éternelle difficulté que je connais depuis vingt ans à savoir jusqu’où il faut respecter les désirs de l’autre au détriment des miens.
Comme dans la vie, j’ai besoin de ne pas me sentir seule pour pouvoir prendre pleinement du plaisir et de l’intérêt dans ce que je fais ! Et comme dans la vie je me suis sentie quelques fois un peu seule dans ce groupe.
J’ai besoin de prendre les choses avec plus de distance et de légèreté.
Je reste un peu étonnée de l’agressivité qu’a pu susciter ***, même si je l’ai trouvée souvent gonflante, j’ai de la peine à comprendre qu’on puisse donner tant de pouvoir à un être humain qui va mal et j’ai été vraiment très déçue par le départ de *** (aussi bien sûr parce que sa présence m’apportait quelque chose…).
J’ai quand même envie de dire tout le plaisir que j’ai eu à jouer avec *** et avec ceux qui m’ont permis de faire un peu de théâtre …
[Laurent], t’as été un super animateur !

Christian, de région parisienne (texte intégral)
Ce soir, devant un feu de cheminée je repense au week-end passé.
Je suis arrivé candide, détendu, je venais me faire du bien.
Je me suis installé en observateur, peur d’aller sur scène, peur de n’être pas intéressant… et je me suis lancé, recherche de l’espace, puis petit à petit, j’ai osé aller sur scène et j’y ai pris plaisir, pas pour faire ou paraître, mais pour être.
Puis le deuxième jour, j’ai osé démarré une scène et j’ai pris un bide… la situation était fermée, l’attente trop forte et la réponse n’est pas venue. Merci aux participants de ne pas y avoir répondu, j’ai bien plus appris à ce moment que par des discours ou des livres pour continuer d’avancer sur mon chemin et aussi d’avancer dans la relation à l’autre.
Ce week-end était aussi la rencontre des uns et des autres. Il y avait complètement le temps d’analyse de chaque scène, le temps pour les repas partagés tous ensemble.
Week-end trop court, rencontres trop brèves, mais j’ai pris de l’énergie, j’espère bien en avoir donné aussi.
Quelles suites y aura-t-il ? C’est à moi d’y être acteur… et aussi à prendre le temps d’intégration d’avancer quelques pas de plus. (sic)

Eddy, d’Angleterre (extraits)
Je n’oublierai pas le merveilleux atelier que j’ai fait avec toi [Laurent] ; j’espère participer à d’autres.

Évelyne, de Paris (extraits)
Ce week-end reste encore en moi et il y restera sans doute encore longtemps.

Hervé, de Paris (extraits)
Un

Ce soir en rentrant à la maison, j’ai été assailli par deux dinosaures masqués qui m’ont attrapé et mis dans un chaudron brûlant. J’ai beaucoup pleuré jusqu’à ce que j’aie été bien cuit. Puis ils m’ont coupé en mille morceaux. Quand ils ont vu que je souffrais très fort, ils m’ont donné des bonbons avec du lait et du jus de poire que j’ai pu faire cuire dans le chaudron et partager avec eux…
Vive le théâtre spontané…
[…] Merci [aux participants] pour cette expérience de ce week-end qui m’a fait faire quelques précieux petits pas (à poursuivre).
Deux
Cet atelier m’a permis d’expérimenter et de prendre conscience d’un certain nombre de comportements relationnels que je peux avoir.
[…] J’ai aussi exploré la question de ma juste place dans le regard des autres.
J’ai expérimenté la liberté. La liberté sur scène, la liberté d’en sortir ou d’y rentrer. La liberté d’être dans le groupe, d’en sortir, d’y revenir. Ce sont des ressources auxquelles je pourrai maintenant faire appel.
C’était très enrichissant pour moi et j’ai fait de belles rencontres.
Merci à toi Laurent pour permettre tout cela.

Jean-François, de Versailles
L’atelier théâtre de Laurent m’a permis d’explorer l’état de mes relations avec les autres ; l’état de mes peurs, de mes appréhensions et de ma méfiance à leur endroit. Les échanges vécues au cours de cet atelier de plusieurs jours, m’ont permis de faire des expériences réelles de mes rapports avec les autres. Ainsi j’ai eu cette occasion de dédramatiser les enjeux que ces relations constituent pour moi et donc de dénouer mes angoisses. Tout cela avec la présence rassurante de Laurent qui reste aux manettes !
De plus l’atelier est très convivial et sympathique !

Julie, de Paris (extraits)
Je te remercie de m’avoir fait découvrir autant de choses.
Je suis comblée.

Martine, de Colmar (texte intégral)
Je suis arrivée curieuse, en attente.
Premiers contacts, confiance.
Puis s’est ouvert dans l’espace scénique, cet espace de rencontre avec le groupe, les autres, l’autre et moi-même. Alors, l’expérimentation, le jeu ont pu se vivre.
Image : Chaque improvisation a été comme un saut en parachute . Mais quoi qu’il s’y passe et quel que soit le paysage, je faisais l’expérience qu’il n’y avait aucun risque de se blesser. Laurent, de par le cadre posé, était le garant d’une sécurité où tous les possibles peuvent se vivre.
J’ai pu recontacter ce printemps, ce souffle intérieur, source de création non pas d’une pièce de théâtre, mais de ce qui me tient debout et me permet d’être en chemin.
Je suis partie, curieuse, en mouvement, et en attente de revivre cette expérience du psychodrame.

Michèle, d’Aubervilliers (extraits)
Une fois la scène réalisée, on peut découvrir des choses sur soi qu’on savait ou pas mais qui de toutes les façons éclairent une part de nous et moi je n’ai pas su le faire, je n’ai joué (très mal) que des choses de ma vie.
J’ai vécu une expérience très forte, parce qu’elle a été pour moi au-delà des mots ; ça a été une expérience physique, que j’ai sentie dans mon corps. Souvent les mots nous piègent alors que le corps sait et ne ment pas.

Pierre-William, d’Avignon (extraits)
… un atelier fort intéressant et émouvant.

Sandrine, de Paris (texte intégral)
Ce que j’ai aimé dans l’atelier : le respect de chacun, la liberté d’expression, l’envie de donner un coup de pouce à l’autre (esprit solidaire), la profondeur et la légèreté des échanges, la diversité des jeux de scène …
Ce que je n’ai pas aimé : que l’atelier ne dure que deux heures !!! (par jour, pendant 5 jours, NdLS)
Ce que cet atelier m’a apporté est le sentiment d’être vivante et d’être en connexion avec les autres, en lien avec le monde… dans le ressenti des émotions qui sont finalement les mêmes pour tous. J’ai aimé découvrir avec simplicité la personnalité de chaque membre du groupe, deviner les clivages, dénouer en parallèle mes interrogations , comprendre de moi grâce aux autres…
Ce stage a été une vraie découverte de mon potentiel, de mes freins. Je me suis découverte aussi par le regard des autres, leur miroir et du coup je me rends compte des points à améliorer et à optimiser. Nobody ‘s perfect !!! mais perfectible…
Conclusion: atelier vivant, interactif qui m’a ouverte à moi et aux autres… et c’est pour moi l’essentiel car cela participe à aller vers mon authenticité !
Bravo à l’animateur et à sa bienveillance !… car ce que tu es Laurent influence énergie du groupe, ta personnalité donne la note, et colore la séance. Merci aussi d’être comme tu es, moi j’ai vraiment apprécié.
Et c’est si bon de le dire.

Sylvie, d’Argenteuil (texte intégral)
L’atelier a été pour moi un espace où il était permis d’exprimer toutes ses émotions, où j’ai pu vivre l’autre comme un cadeau. Chaque émotion scénique qu’il exprimait éveillait des choses en moi que je pouvais à mon tour exprimer.

J’ai pu faire la différence entre toutes les émotions et tous les sentiments que je portais ; à savoir quels sont véritablement les miens et ceux de mon entourage.
Ce fut une expérience extraordinaire et libératrice.