jardin


zoizo

 

Dans son jardin, en Californie, Carl Rogers cause avec son ami français André de Peretti. Tout à coup, ce dernier s’écrie :

« Cher Carl, regardez ce colibri ! Ne symbolise-t-il pas l’attitude souple qui caractérise votre Approche ?
Ce colibri a la possibilité, non seulement de la marche avant comme les autres oiseaux, mais aussi de la marche arrière. Il s’arrange pour s’approcher des fleurs, juste ce qu’il faut pour reculer s’il est trop près, ré-avancer s’il est trop loin. A chaque instant il peut régler sa présence/distance, à la fine pointe des fleurs (ou des choses) pour ne pas les abîmer mais pour bénéficier du nectar, pour être dans une présence qui ne soit pas pression, ni dans une distance qui serait aussi pression par défaut. »

Voir La Part du colibri (un autre colibri)